SOLDAT_JARGON le Langage.

dimanche 14 février 2010

JARGON_langage Militaire

BLEU BLANC ROUGE 001

Expressions relatives au service

  • Faire ses classes : recevoir un enseignement militaire de base. La période des « classes » n'excédait pas généralement plus de 2 mois, à l'issu de laquelle, l'appelé incorporé recevait une affectation définitive qu'il conservait généralement jusqu'à la fin de son service : soit dans une unité de combat, soit dans une une unité de commandement et de service.
  • « Le colon » : le colonel
  • « Le juteux » : l'adjudant
  • « L'aspi » : l'aspirant
  • Une pouille : un engagé
  • Premier cul : soldat de première classe
  • « Y bande dans l'kak » : il aime l'uniforme (kaki), par extension l'armée
  • Percevoir : toucher son matériel
  • « Sucer » : se faire bien voir des engagés
  • La quille
  • Appelé du contingent.
  • Coopé : pour « coopérant », appelé effectuant son service sous la forme d'une Coopération du Service national à l'étranger (CSNE)
  • réformé P4 : réformé pour motifs psychologiques incompatibles avec le service militaire
  • Les trois jours : journées d'évaluations effectuées dans un « Centre de Sélection et d'Orientation » (CSO) durant lesquelles des tests psycho-techniques et des examens médicaux étaient réalisés et déterminaient si l'Appelé était apte ou non au service militaire.
  • VSL : pour Volontaire Service-Long
  • EVDA : pour Engagé Volontaire par Devancement d'Appel
  • PESO : pour Peloton des Élèves Sous-Officiers
  • PEG : pour Peloton des Élèves Gradés
  • FETTA : pour Formation Élémentaire des Techniques Toutes Armes, correspondant au 1er mois de classes.
  • TTA : pour « Traité Toutes Armes », ensemble de manuels diverses
    • TTA 150 : manuel des sous-officiers qui se compose de 20 tomes (topographie, armement, transmissions combat, etc…)
  • FAMAS : acronyme désignant le « Fusil d'Assaut de la Manufacture d'Armes de Saint-Étienne » (appelé aussi « Le clairon »)
  • Feuille de route
  • « Partir sous les drapeaux »
  • « Faire ses classes »
  • Permission : congé de 4 jours maximun. Souvent les appelés les désignaient par le nombre d'heures qui leur avait été ainsi octroyés (une « 72 » correspondait à permission de 72 heures soit 3 jours).
  • Détente : congé de plus de 4 jours
  • Libération : fin du service militaire. Les appelés bénéficiaires faisaient état de leur situation en criant par provocation le mot Zéro (nombre de jours restant) à leur interlocuteur.
  • Sursitaire
  • Bidasse : soldat
  • Guerroyer
  • L'ordinaire : la cantine
  • Carte SMA (SMA pour « Service Militaire Actif ») servait de pièce d'identification aux appelés, ainsi que de titre de transport SNCF octroyant des voyages gratuits (1 par mois) et des réductions.
  • Le trou ou le niouf : prison interne à un établissement militaire. "Jours de trou" : sanction disciplinaire infligé a l'encontre aussi bien d'un appelé que d'un engagé. Sauf cas grave, cette sanction n'est pas décidée par un tribunal militaire mais par l'officier ou le sous-officier qui constate les faits ou auquel ceux-ci sont rapportés.
  • Les sobriquets des appelés (durant la période durant laquelle le service était de 12 mois, de 1970 à 1992), à noter que les nouveaux appelés arrivaient tous les 2 mois (mois pairs), ainsi un appelé qui, par exemple, était de la « classe 10/86 » était donc arrivé en octobre 1986 :
    • Bleu bite (de 0 à 2 mois d'ancienneté) : période des "classes"
    • Bleu ou Bittard (de 2 à 4 mois)
    • Pierrot (de 4 à 6 mois)
    • Ancien (de 6 à 8 mois)
    • Quillard (de 8 à 10 mois) - À noter qu'un « Père cent » était plus spécifiquement un « quillard » pour qui il restait moins de 100 jours de service à effectuer.
    • Libérable (de 10 à 12 mois)
    • Rabiste : appelé dont la durée de service est prolongée, souvent pour des motifs disciplinaires (excès de "trou").

Sommaire

 

  • Généralités
  • Liste alphabétique d'expressions communes Expressions plus spécifiques au contingent
  • Jargon des Écoles Militaires
  • École Spéciale Militaire de Saint-Cyr
  • spécial "Bahutage"
  • École de l'Air - Salon de Provence
  • École Navale - Lanvéoc-Poulmic
  • Jargon de l'Armée de Terre
  • Révolution - Empire
  • Époque contemporaine
  • Jargon de la Gendarmerie nationale

Généralités

Avec la conscription, l'armée a constitué en France un creuset culturel. Se trouvaient mélangés dans les mêmes unités des Parisiens, des Occitans, des Bretons ou des Alsaciens. Il se développa un vocabulaire spécifique que l'on peut qualifier de jargon :

  • AD est l'abréviation d'À disposition, ce qui signifie que l'officier commandant l'unité n'a rien programmé pour la journée, et qu'il laisse la troupe à disposition d'un officier inférieur ; d'une manière moins formelle, lorsqu'un soldat est AD, c'est qu'il est tranquille, qu'il n'a rien à faire ;
  • le barda est l'ensemble de l'équipement fourni (le fourniment) au soldat par le fourrier, et qu'il doit se coltiner ;
  • le chinois est la cymbale à clochettes de la fanfare de la Légion étrangère ;
  • FOMECBLOT Fond, Forme, Ombre, Mouvement, Éclat, Couleur, Bruit, Lumière, Odeur, Trace : moyen mnémotechnique des différents éléments essentiels au camouflage (même motifs et couleurs que le fond du terrain, pas de forme qui se détache (donc rompre les formes anguleuses ou longues, comme le bras), dissimuler ses mouvements qui sont tout de suite plus visibles, éviter les éclats, donc les matières brillantes, supprimer bruit, odeur (corporelle, de cuisine) et traces : de passage, comme déchets ou munitions)
  • l'ordinaire désigne ce qu'on appelle ailleurs la cantine,
  • le pacha est le commandant d'un navire de guerre,
  • la semaine est chargée de la gestion du logement,
  • R.A.S pour rien à signaler souvent prononcé rasse.
  • la biffe c'est le surnom donné à l'infanterie, le fantassin par conséquent, est un biffin. L'appellation est née au 19eme siècle quand Marins, Marsouins et Bigors, fiers de leur tenue impeccable (dont ils étaient propriétaires), reprochaient aux soldats de l'armée de terre d'être habillés comme des chiffonniers (biffin en argot). Par extension, "faire de la biffe" consiste à s'entraîner au combat d'infanterie.
  • tour de consigne : punition qui consiste en l'obligation de rester au quartier le tiers d'une journée.

Liste alphabétique d'expressions communes

  • A.N.P. : Appareil Normal de Protection, ou masque à gaz
  • Artiflot: Artilleur.
  • Aspi: Aspirant.
  • Aspouille : Aspirant.
  • Asperge : obstacle du parcours d'audace, tige métallique verticale à grimper.
  • Barda : sac à dos ou sac à paquetage.
  • Bastos : balle de fusil ou de pistolet, par extension, projectile.
  • Bat d'Af' : soldat des bataillons d'Afrique, unités disciplinaires
  • Biffe: l'infanterie
  • Biffin: soldat de l'infanterie.
  • Bigor : artilleur des Troupes de marine, ex-artillerie coloniale
  • Bleu ou Bleu bite: soldat ayant peu de temps d'armée. Les conscrits et les nouveaux engagés sont habillés en sur-vêtement bleu électrique moulant pendant leur phase d'incorporation.
  • B.M.C.: initiales de Bordel Militaire de Campagne.
  • Branle: anciennement dans la marine, hamac servant de couche à l'équipage. De là vient le "branle-bas de combat".
  • Bricard : surnom des Brigadiers, équivalents des caporaux pour la cavalerie et le train des équipages
  • Bulle : "coincer la bulle" : ne rien faire, expression venant à l'origine du niveau à bulle qu'il faut laisser au milieu pour avoir l'horizontal.
  • Cabo : surnom des caporaux
  • Chasse-bite : chasseur à pied
  • Casquette en peau de locomotive: casque lourd
  • Chibane : surnom des aviateurs expérimentés Armée de l'air
  • Chouf : anciennement la vigie, dans la marine
  • Chouffer: surveiller, observer, regarder
  • Clairon : fusil d'assaut FAMAS
  • Colo : désigne les Troupes de marine, anciennement troupes coloniales
  • Colon : Colonel
  • Coup-de-bouc : Salut pratiqué lorsque le militaire est découvert : tête droite, haussement du menton en direction de la personne saluée
  • Crapahuter: marcher en terrain de combat; vient de :"crapahuter le djebel"
  • Dolo : Sous-officier particulièrement dur. Provient du jargon de l'EMIA où le Dolo désigne l'élève-officier qui a subi le rite initiatique du Dolo (une marche nocturne éprouvante). Dolo était la marque du corned beaf des anciennes rations de combat.
  • Déf' Nat' : médaille de la Défense nationale.
  • Droper : on dit: "droper le djebel" ; terme para pour "crapahuter". Provient de l'anglais "to drop" : sauter (en parachute). Par extension, se presser.
  • DZ : Drop Zone, zone de parachutage.
  • Fallot ou Phalot : Tribunal Militaire
  • Faire du Trou: faire de la prison pendant son temps d'armée.
  • Fana mili : militaire particulièrement passionné, voire rigoureux, voire extrémiste.
  • Fraise des bois : Parachutiste
  • Gégène : génératrice éléctrique pour alimenter un émétteur radio, parfois utilisée pour "torturer" :"passer à la gégène"
  • Gnouf : prison militaire
  • Guitoune : tente de campagne
  • Hernu Cross: Médaille de la défense nationale, car elle a été instaurée (initialement pour les appelés) lorsqu'il était ministre de la défense
  • Joyeux : soldat des bataillons d'Afrique, unités disciplinaires
  • Juteux: Adjudant
  • Kébour: képi
  • Lance-Patates: lance-grenades
  • Lieute : Lieutenant
  • Lieute-co : lieutenant-colonel
  • Loufiat : lieutenant de vaisseau
  • LZ: Landing Zone : zone de poser pour un hélicoptère
  • Margis / margis-chef : maréchal-des-logis / maréchal-des-logis chef
  • Marsouin : fantassin des troupes de marine, ex-infanterie coloniale
  • Mess: cantine pour les cadres, officiers et sous-officiers
  • Milouf: un militaire. Par extension, « avoir l'esprit milouf »
  • Nana (la) : surnom du fusil-mitrailleur AA.52
  • Pacha : commandant d'un bâtiment de la marine nationale
  • Para: parachutiste
  • Peau de couilles : blouson de mer (marine nationale années 1950)
  • Pékin: un civil
  • Pélo: l'obus, par extension tout projectile d'un calibre supérieur à 20mm
  • Pit,Pitaine: capitaine
  • Quille: fin du service militaire pour un appelé
  • Rampant: Personnel non naviguant de l'Armée de l'Air.
  • Raquette: Surnom du salut effectué lorsque le militaire est couvert (main droite se portant à hauteur de la tempe, doigts tendus, paume visible, dans l'axe du bras, lui-même presque à l'horizontale)
  • RICR ou Rasquette : Ration Individuelle de Combat Réchauffable
  • Roulante: Cuisine roulante qui accompagne les armées dans leurs déplacements.
  • Royale (La): Marine nationale française
  • sardines : galons d'hommes de troupe et de sous-officiers jusqu'à adjudant.
  • Serpatte : Sergent
  • Singe : boîte de ration contenant du bœuf
  • Tala : se dit d'un officier catholique militant parce qu'il 'va-t-a-la messe'.
  • Talo : se dit d'un officier protestant militant parce qu'il 'va-t-a-l'office'.
  • Tradi : Tradition, traditionnel, traditionnaliste. Par ailleurs, l'officier tradition est une fonction officielle. Il est chargé de l'uniformologie, des insignes, des prises d'armes, de l'historique régimentaire et de la salle tradition ou musée régimentaire.
  • Tringlot : soldat du train des équipages
  • Trouffion: Soldat
  • TTA : Conforme, réglementaire. Les manuels TouTes Armes sont numérotés TTA 21, TTA 712 etc.
  • Turco : soldat des tirailleurs algériens, tunisiens ou marocains
  • Vieux : Surnom affectueux pour tout supérieur hiérarchique au delà du grade de Lieutenant.
  • Zéphyr : soldat des bataillons d'Afrique, unités disciplinaires

Liens externes:

[http://lkubaski.free.fr/army/parler.html Apprenons à parler comme un militaire (pour se détendre un peu)]

Expressions plus spécifiques au contingent

  • Péter le score : crier le nombre de jours qui restaient à un appelé avant sa "libération" et la "Quille";
  • le Père Cent : Le jour où l'appelé n'était plus qu'à 100 jours de la Quille;
  • rempouille : terme génèrique désignant tous les engagés et rengagés, voire tout l'encadrement militaire non-PDL;
  • rempiler : expression signifiant l'engagement contractuel à l'issue du Service National;
  • PDL : signifiait: Pendant la Durée Légale; ainsi l'on faisait la différence entre un Sergent-PDL, c'est-à-dire appartenant au contingent, et un Sergent-ADL, contractuel engagé;
  • ADL : signifiait : Au-del de la Durée Légale; c'est-à-dire engagé et volontaire;
  • Libérable : appelé faisant partie de la classe devant être "libérée" dans les 4 mois suivants;
  • Quillard : appelé faisant partie de la classe devant être "libérée" dans les 2 mois suivants;

Jargon des Écoles Militaires

Les diverses Écoles Militaires ont, au cours des deux derniers siècles, enrichi le jargon, voire argot, militaires d'un bon nombre de qualificatifs et sobriquets, qui sont autant de signes de reconnaissance pour ceux qui les emploient. Dans la réalité chaque École a créé son propre vocabulaire qui fait partie intégrante de ses traditions. Voici quelques exemples de ce langage corporatif :

École Spéciale Militaire de Saint-Cyr

  • Alpha : être alpha, c'est être admissible au concours d'entrée de l'ESM. Le statut s'appelle aussi l'alphature
  • PBF : Premier branlé de France. Désigne le premier candidat restant sur la liste d'attente au concours une fois celle-ci close.
  • Dolo cornu : chant des dolos (voire plus haut) à l'École militaire interarmes.
  • la Galette : épaulette dorée de sous-lieutenant remise aux élèves-officiers le jour du Triomphe et qui fait suite à la formule fameuse: "A genoux les Hommes; ...Debouts, les Officiers ! " ; "la Galette" est aussi le titre de la chanson tradi par excellence, hymne officieux des Saint-Cyriens.
  • le Pékin de Bahut : chant tradi spécifiquement saint-cyrien commençant ainsi: "Trois Saint-cyriens sont sortis de l'enfer / Un soir, par la fenêtre / ...". Pékin signifie "privé de..." et ce chant vante les mérites de la fin de la scolarité à Saint-Cyr ;
  • Major : l'élève-officier sortant en tête de sa promotion,
  • Père Système (ou Systus) : anciennement le dernier reçu au concours d'entrée et délégué de sa promotion,
  • Bahutage : Terme officieux désignant la période d'intégration dans toute unité militaire,
  • la Pompe : tout ce qui touche aux études académiques; par définition, sujet de mépris,
  • la Stacke : autre surnom donné aux études théoriques ou de culture générale,
  • l'Ours : la chambre des punis; chaque promotion se glorifie de son recordman de l'ours, c'est-à-dire de l'élève ayant écopé du maximum de jours d'arrêts passés à l'ours,
  • Pédago : terme générique englobant tous les membres du corps enseignant; peu flatteur,
  • Vorace : terme générique désignant les officiers de l'encadrement militaire,
  • Bazar : élève de première année; équivalent de Bizut pour les Saint-cyriens;
  • TBO : abréviation de Très Bahuté Officier; élève de deuxième année de Saint-Cyr,
  • Glouglou : élève de l'École Militaire du Corps Technique et Administratif (péjoratif),
  • Bibelot: élève de l'École Spéciale Militaire (surnom principalement utilisé par les Dolos),
  • Bizut : élève de première année en corniche,
  • Carré : élève prépa de deuxième année,
  • Khûbe : redoublant; élève prépa de troisième année,
  • Bikharré : triplant; élève prépa de quatrième année,
  • Corniche : Classes préparatoires au concours de Saint-Cyr,
  • TVA : abréviation pour Très Vénérable Ancien; élève de deuxième année de corniche,
  • 2 S : 2 décembre, en souvenir du 2 décembre 1805, bataille d'Austerlitz, au cours de laquelle sont tombés les premiers élèves de l'École militaire de Saint-Cyr; aujourd'hui jour de fête des corniches militaires qui voit les bizuts officiellement intronisés au sein de la Corniche,
  • Ñass : surnom donné aux élèves du Prytanée de la Flèche,
  • Brutions : pareil que définition précédente,
  • Ragnabo: surnom donné aux élèves du Lycée militaire de Saint-Cyr,
  • P'tit co : Abréviation de "petit conscrit" et non de petit copain; membres d'une même promotion,
  • le Grand Carré : Réunion des Anciens responsables des traditions au sein d'une promotion,
  • Z : responsable des traditions à chaque niveau des écoles militaires: de Z section à Z national
  • la Galette : épaulette dorée de sous-lieutenant remise le jour du Triomphe,
  • le Triomphe : Jour du baptême d'une promotion, dont les membres accèdent au rang d'officier,
  • PDB : Pékin de Bahut: correspond à la fin de scolarité à Saint-Cyr,
  • les Dieux : membres du Cadre Noir de l'école de cavalerie de Saumur; mais aussi surnom donné aux élèves de dernière année de Saint-Cyr,
  • l'esprit Khâl : esprit-concours; tout ce qui éloigne les prépas de l'ambiance "mili",
  • Fanature : terme par lequel un futur élève-officier déclare sa préférence d'arme; on dit: Fana Légion pour ceux qui se destinent à servir dans ce corps d'élite ou bien Fana Colo pour ceux qui ont opté pour une carrière dans l'infanterie de marine; il existe aussi les Fanas Génie, les Fanas Bazane (pour les futurs cavaliers),etc, etc,
  • la Basane : tout ce qui touche à l'Arme Blindée Cavalerie,
  • Branler: faire quelque chose.
  • Écoles: camps de Saint-Cyr-Coëtquidan regroupant la Spéciale, l'EMIA, et l'EMCTA.
  • L.E.M: Loi de l'Enmerdement Maximum. Très présente aux Écoles.
  • Magouilleuse : ordinateur par lequel passent les notes. Donne parfois des résultats surprenants,
  • Mytho : quelqu'un qui dit être prêt à choisir la Légion et opte finalement pour le Train.
  • Pignole, se pignoler:perdre son temps du fait d'un ordre imbécile reçu d'un Strassik.
  • Psycho : quelqu'un qui perd ses moyens dès qu'il s'agit de faire de l'ordre serré,
  • Strasse : ensemble du personnel encadrant les élèves.
  • Tomaze: bon plan. Donne le verbe "tomazer".
  • Baraguey (du nom du colonel Baraguey d'Hillier) : surnom donné à celui des encadrants réputé le plus dur et le plus teigneux
  • le Grand Carré : assemblée des responsables des tradis à la "Spéciale";
  • Colonel des Gardes : Deuxième membre du Grand Carré, après le Père Système;
  • Fine : représentant officiel du Grand Carré; un par section et compagnie du 1° Bataillon de France;

spécial "Bahutage"

  • la chenille : les bizuts sont allongés, pieds posés sur les épaules de leur suivant. But de la manœuvre, faire parcourir les couloirs et descendre les escaliers à la "chenille" la plus longue;
  • le tiercé: course de bizuts portant un camarade sur le dos; il va de soi que les Anciens prennent des paris;
  • pshiter : au cours d'une quelonque discussion, le Bizut est tenu de "pshiter", à savoir produire verbalement le son "pshiiitt" le plus sonore possible. Par exemple, à chaque fois qu'il entend des mots comme Saint-Cyr, Légion, Para, et.., il "pshite"; cet usage s'est, par ailleurs, étendu à d'autres domaines: que de "pshit" au passage 'une jolie fille;
  • bziter : même définition que ci-dessus, mais pour montrer son opposition et son mépris; ainsi, il était, à une certaine époque (années 60 et 70 ), de bon ton de "bziter" le nom du général Charles de Gaulle;
  • tchaquer : à chaque 21 janvier, date anniversaire de la mort de Louis XVI, chacun des Prépas milis qui se sentait la fibre républicaine, ne pouvait manquer de crier à longueur de cours des "tchacks" sonores, censés symboliser la chute du couperet de la guillotine, destinés à enrager ses p'tits cos nostalgiques d'une royauté disparue;

Liens externes:

Site des anciens enfants de troupe et les élèves des lycées militaires

Site des anciens élèves du Lycée Militaire de Saint-Cyr l'École

École de l'Air - Salon de Provence

  • Aiglons : surnom des élèves de l'École de l'Air
  • AS : Africain Stagiaire, désigne les élèves du Cours Spécial de l'Ecole de l'Air
  • Bricard : surnom du chef de brigade
  • Co-Zeff : surnom donné au "second" du Zeff, choisi pour son organe vocal puissant et son ironie décapante
  • crassus : désigne un élève cherchant volontairement à éviter de participer à des activités militaires ou intellectuelles réputées difficiles (par extension: crassusser), ceci en se faisant par exemple porter pâle
  • cuisser : s'envoyer en l'air
  • dégageante : Evasion organisée d'une brigade de poussins chez son brigadier
  • la PO : désigne la place centrale de l'École (du nom du Général Pelletier D'Oisy), d'un large périmètre volontiers arpenté par les poussins au pas de course en guise de punition par leurs bricards
  • satelliser : désigne la punition décrite ci-dessus
  • Poussins : surnom particulier des élèves de première année à l'École de l'Air
  • résorber : éprouver des difficultés physiques
  • schtâki : désigne l'élève consciencieux et sérieux, adepte de longues soirées d'étude (terme assez péjoratif). Par extension, désigne la mallette distribuée dans le paquetage servant de cartable (souvent orné de croix ou de ronds de nombre égal aux tours de consigne ou jours d'arrêt obtenus par son propriétaire)
  • saucisson Aka. sauceback : corvée à la con donnée par un supérieur. Variante: le saucisson-masqué, il s'agit d'un saucisson qui te tombe dessus par surprise sans que tu n'aies rien pu faire.Remarque:toujours avoir visu sur un saucisson masqué, parceque sinon, c'est qu'il est dans tes six heures et que t es dans la merde.
  • Zeff : surnom donné au leader des élèves de deuxième année assurant l'encadrement initial des "poussins" (NB: le Zeff ne parle jamais, à l'inverse du Co-Zeff qui parle en son nom)

École Navale - Lanvéoc-Poulmic

  • Baille : surnom de l'École Navale
  • beuglant : Fête traditionnelle organissée par les élèves
  • Bordache : surnom des élèves de l'École Navale, en référence au navire "Borda" sur lequel ils suivaient leur scolarité au XIXème siècle
  • Boüt : Aumonier (Vient de marabout)
  • enculant ; Conférence
  • Gnasse : Elève ayant préparé Navale au prytanée militaire
  • gueule de tangon : air rébarbatif
  • jonture : tâche désagreable
  • pape : Commandant de l'Ecole navale
  • Ragnagna : Elève ayant préparé Navale à Saint-Cyr l'Ecole
  • stachki : même definition que jonture , la staki mallette est souvent ornée de spirales pour désigner des jontures
  • strasse : Etat-major de l'Ecole
  • Vase : Allocution, discours
  • Veuve : Commandant en second de l'Ecole navale

Jargon de l'Armée de Terre

Révolution - Empire

  • les Faïences bleues : surnom donné par les troupes régulières aux Gardes nationaux;
  • les Culs-blancs : surnom donné aux soldats des régiments royaux;
  • les Gros-frères : surnom donné aus cuirassiers par les Grognards de la ligne;

Époque contemporaine

  • les Longues Capotes : surnom donné aux fantassins,
  • les Pousses-Cailloux : pareil que définition précédente,
  • les Pandores : surnom donné aux gendarmes,
  • les Gonfleurs d'Hélice : surnom donné au personnel navigant de l'Armée de l'Air, et de l'Aviation Légère de l'Armée de Terre,
  • les Chie-dans-l'eau : surnom donné au personnel de la Marine,
  • les Tringlots : surnom donné aux membres du Train des Equipages,
  • Les Lance-boulettes : surnom donné aux artilleurs,
  • les Dieux : surnom donné aux membres du Cadre Noir de Saumur,
  • la Bazane : surnom donné à la "cavalerie" en général, qu'elle soit à cheval ou blindée.
  • les Culs-de-plomb : surnom donné aux équipages de chars,
  • les Longs-nez : pareil que définition précédente,
  • les Riz-Pain-Sel : surnom donné aux membres de l'Intendance,
  • la Plaque à vélo : surnom doné au brevet parachutiste
  • le Ventilo ou Ventilateur : surnom donné à l'hélicoptère pendant la guerre d'Algérie
  • les Lézards : surnom donné aux paras pendant la guerre d'Algérie
  • tenue "léopard" : tenue-treillis camouflée portée par les paras en Algérie,
  • la "Pucelle" : insigne régimentaire métallique arboré sur la poche droite de la veste,
  • la Tarte : surnom du large béret porté par les chasseurs alpins,
  • les P'tits gris : ou graisseux, surnoms donnés aux soldats de l'arme du matériel de l'armée de terre en référence à la couleur de leur képi et de leur plastron d'arme à l'origine.

Jargon de la Gendarmerie nationale

  • les Criquets : militaires de la Gendarmerie départementale (en raison de l'utilisation du sifflet)
  • la blanche : la Gendarmerie départementale
  • les Moblos ou Playmobils : militaires de la Gendarmerie mobile
  • la jaune : la Gendarmerie mobile
  • les Culs-rouges : les gardes républicains (en raison des revers rouges des basques de la grande tenue, visible chez les cavaliers et les motocyclistes de ce corps). Même explication pour la désignation générique, et obsolète, de "perdreaux" pour les gendarmes.
  • la Garde : la garde républicaine

 

  Portail de l'histoire militaire – Accédez aux articles de Wikipédia concernant l'histoire militaire.

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

BLEU BLANC ROUGE 001

Posté par tiotbiloute à 10:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :